Traduction juridique

Initiée à la traduction juridique de l’anglais au français dans le cadre de mon master à l’université de Toulon, j’ai découvert en cette discipline un domaine complémentaire à la communication d’entreprise.

Ma collaboration avec des agences de traduction et un cabinet d’avocats m’a, depuis, permis de pratiquer la traduction juridique sous plusieurs angles et d’explorer diverses branches du droit privé. Je m’intéresse particulièrement aux droits de l’informatique et de la propriété intellectuelle.

Défis de la traduction juridique

Si la communication d’entreprise implique de la créativité et un travail constant de reformulation, la traduction juridique est quant à elle un travail de précision. Une bonne connaissance de la terminologie juridique et des techniques de recherche terminologique et documentaire est indispensable, notamment lorsqu’il s’agit de trouver un équivalent en langue française à un concept juridique n’existant pas dans le droit français.

Cependant, l’un des principaux défis rencontrés par tout traducteur juridique est celui de l’interprétation du texte à traduire, car les documents juridiques contiennent souvent des clauses « obscures » ou un peu vagues. Le traducteur doit être capable de s’en tenir à ce que dit le texte (ou, à défaut, consulter son auteur) au lieu d’essayer à tout prix de le clarifier ou corriger, car ce manque de clarté peut être intentionnel. Mieux vaut donc se contenter de le signaler.

Traduction de contrats juridiques

Traduire un contrat, par conséquent, nécessite de décortiquer le texte original pour en saisir toutes les nuances, en faisant bien attention à la syntaxe et la ponctuation. Un terme mal interprété ou une virgule mal placée peuvent en effet modifier le sens d’une phrase, d’un paragraphe ou même de tout un texte. Le traducteur doit donc s’exprimer dans un langage clair et sans ambiguïtés, dans la mesure permise par le texte original.

J’ai notamment traduit des :

  • contrats de licence, d’abonnement, d’affacturage, de distribution, de services et de travail,
  • conditions générales de vente (CGV), d’achat (CGA) et d’utilisation (CGU),
  • accords de confidentialité, d’exclusivité, de coopération, de consultation et de partenariat,
  • conventions d’occupation précaire et de compte courant de trésorerie et des règlements de jeux.

Vous pouvez donc me confier la traduction de documents contractuels divers et variés destinés à vos collaborateurs, à vos partenaires commerciaux ou encore à vos clients.

Traduction de documents officiels

La traduction de documents officiels, construits sur des modèles en facilitant théoriquement la lecture, nécessite certes un travail de mise en page parfois fastidieux, mais la forme ne doit pas éclipser le fond. Il est donc important de prêter une attention toute particulière aux noms, dates, lieux et numéros afin de les restituer correctement.

En plus d’un grand nombre de certificats de naissance, de mariage et de décès, j’ai été amenée à traduire des titres de séjour, passeports et cartes d’identité ainsi que des extraits de casier judiciaire. Vous pouvez donc faire appel à moi pour traduire vos documents officiels à condition que ceux-ci ne nécessitent pas d’être certifiés.

Certification de traductions

Dans certains cas, une traduction certifiée peut être exigée, notamment pour les documents officiels destinés à l’administration française. Comme je l’explique sur mon blog, cette certification requiert le statut d’expert judiciaire (traducteur assermenté) pour la paire de langues concernée, statut dont je ne dispose pas à l’heure actuelle.

Cependant, il peut arriver que l’on vous demande une simple lettre, rédigée et signée par le traducteur, attestant de la conformité de sa traduction par rapport au document que vous lui avez fourni. Cette attestation n’a pas la même valeur et n’est pas acceptée partout, mais il n’est pas nécessaire d’être assermenté pour la produire. En cas de besoin, je peux donc vous en fournir une pour accompagner ma traduction.

Expérience en traduction juridique

Vous trouverez dans mon portfolio quelques exemples de traductions de documents juridiques et de supports de communication d’entreprise, de l’anglais au français et vice versa, dans le domaine du droit.

Outre les documents contractuels et officiels, j’ai également traduit d’autres documents de nature juridique tels que des testaments, procurations et extraits K-bis, ainsi que des lettres et e-mails à titre de preuves dans le cadre de procès ou à des fins de compréhension pour faciliter la communication entre avocats de pays différents.

Votre projet en traduction juridique

Pour recevoir un devis de relecture ou de traduction de vos documents juridiques à Toulon comme ailleurs, contactez-moi dès à présent par e-mail à l’adresse gwen@clavoline-traduction.fr ou cliquez sur le bouton ci-dessous pour découvrir d’autres moyens de me contacter.