Le nucléaire, une énergie renouvelable ?

« Les réacteurs surgénérateurs réapprovisionneraient constamment la réserve disponible de combustible nucléaire en convertissant des matériaux fertiles, tels que l’uranium-238 et le thorium, en isotopes fissibles de plutonium et d’uranium-233 (respectivement). »

Prestation : traduction de l’anglais au français d’un article de 2110 mots pour ce portfolio

Source : Nuclear power proposed as renewable energy issu de Wikipedia version anglaise

Choix du texte

Le nucléaire est un sujet très controversé : certains y voient la solution à tous les problèmes en matière de fourniture d’énergie, d’autres se focalisent sur ses dangers et ses effets négatifs sur l’environnement.

Les sources d’énergie nucléaire (et notamment la fission) promettent une durée de vie s’élevant à des milliards (voire dizaines de milliards) d’années.

En particulier, les réacteurs surgénérateurs au cycle de combustion fermé pourraient créer leur propre combustible fissible à partir de matériaux fertiles.

Est-il alors pertinent de classifier le nucléaire comme source d’énergie renouvelable ?

Particularités

Comme de nombreux articles de Wikipédia, ce texte est le fruit du travail de différents auteurs et s’assortit des spécificités propres à l’écriture collective.

Ainsi, la qualité d’écriture est inégale à travers l’article, tandis que la structure pourrait être améliorée et certaines répétitions supprimées. L’article pourrait également bénéficier d’une introduction.

Des éditions successives proposant différentes « nouveautés » déjà obsolètes perdent le lecteur et font douter de l’actualité des informations partagées.

Cependant, si l’article semble afficher un parti pris, il reste principalement factuel et informatif.

Extrait : original et traduction

Pour vous donner un aperçu de mon travail, vous trouverez ci-dessous les premiers paragraphes de l’article dans leur version originale (en anglais) face à ma traduction (en français). L’article original et ma traduction sont diffusés sous licence Creative Commons Attribution ShareAlike 3.0 Unported License (CC BY-SA 3.0 Unported License).

Nuclear-power-proposed-as-renewable-energy-EnFr

Extrait : version française uniquement

Si le nucléaire est considéré comme une source d’énergie à faibles émissions de CO2, son inclusion parmi les sources d’énergie renouvelable au regard de la loi fait l’objet de débats et de classifications. Les définitions statutaires de l’énergie renouvelable excluent habituellement de nombreuses technologies nucléaires actuelles, à l’exception notable de l’Utah et de l’Arizona, aux États-Unis, dont les critères exigent une exploitation particulière de la fission nucléaire avec recyclage des « déchets » ou du combustible.

Souvent, les définitions des technologies nucléaires renouvelables que l’on trouve dans les dictionnaires omettent de mentionner ou excluent explicitement l’ensemble des sources d’énergie nucléaire, à l’exception de la chaleur générée par la désintégration nucléaire survenant naturellement au sein de la Terre, l’énergie géothermique.

Combustible le plus courant dans les centrales à fission nucléaire conventionnelles, l’uranium-235 est « non renouvelable » selon l’Agence américaine d’information sur l’énergie (EIA) ; cependant, cette organisation ne s’exprime pas pour ce qui est du combustible MOX (oxyde mixte) recyclé. De même, le Laboratoire américain des énergies renouvelables (NREL) ne mentionne pas le nucléaire dans sa présentation des « rudiments de l’énergie ».

En 1987, la Commission mondiale sur l’environnement et le développement (CMED) a classifié les réacteurs à fission produisant plus de combustible nucléaire fissible qu’ils n’en consomment (les réacteurs surgénérateurs et, si développée, l’énergie de fusion) parmi les sources d’énergie renouvelable conventionnelles, comme le soleil et les chutes d’eau.

De même, l’American Petroleum Institute ne considère pas la fission nucléaire conventionnelle comme renouvelable, mais considère le combustible des réacteurs surgénérateurs comme renouvelable et durable. Par ailleurs, si la fission conventionnelle donne lieu à des flux de déchets qui constitueront une source d’inquiétude durant des millénaires, les déchets issus du combustible épuisé ayant été consommé efficacement ne doivent être stockés que pendant mille ans. Les déchets radioactifs doivent également faire l’objet d’un suivi et d’un stockage lors de l’utilisation d’autres sources d’énergie renouvelable, comme l’énergie géothermique.

Article intégral en français

Toutefois, si j’ai choisi cet article, ce n’est pas seulement comme exemple de mon travail mais également pour l’intérêt qu’il présente. Si la présentation de l’article et l’extrait ci-dessus vous ont donné envie d’en savoir plus, je mets à votre disposition la traduction française intégrale de l’article, réalisée par mes soins.

Afficher ou télécharger « Le nucléaire, une énergie renouvelable ? » (PDF, 459 Ko)

Votre projet dans le secteur de l’énergie

Pour faire relire ou traduire vos documents en lien avec l’énergie, contactez-moi dès à présent par e-mail à l’adresse gwen@clavoline-traduction.fr ou par téléphone au 06 04 09 54 36.