Étude de cas : News Dog Media

« Nous avons travaillé avec Gwendoline à plusieurs reprises et sommes toujours satisfaits de la haute qualité de ses traductions, son professionnalisme et sa volonté d’en faire toujours plus. C’est une personne sur laquelle on peut compter et nous la recommandons vivement. Merci Gwen, nous espérons continuer à travailler avec toi pendant encore longtemps ! » — Pesala, News Dog Media

Le client : une agence de presse

Logo de News Dog Media, des histoires extraordinairesBasée en Angleterre, l’agence de presse News Dog Media s’est spécialisée dans les histoires exceptionnelles, n’hésitant pas à braver les barrières linguistiques et traverser les frontières pour aller à la rencontre de personnes aux choix et styles de vie atypiques. Ses articles, photos et vidéos font le tour du monde, paraissant dans la presse papier et électronique aussi bien anglophone que francophone, germanophone, hispanophone…

Le problème : la barrière de la langue

Fin 2015, Matt et Pesala, le photographe et la journaliste de News Dog Media, sont venus en France, près de Toulon, rencontrer deux de ces personnes « atypiques » se présentant comme les Barbie et Ken français. Si Pesala parlait un peu français, ce qui lui a permis d’organiser la rencontre en communiquant principalement par e-mail et SMS, ce n’était pas du tout le cas de Matt. De même, Barbie se débrouillait en anglais mais Ken était limité au français et à quelques mots de « franglais ». Dans ces conditions, la séance photo et les interviews s’annonçaient compliquées.

La solution immédiate : une interprète anglais français

News Dog Media a donc fait appel à moi en tant qu’interprète anglais français pour faciliter la communication entre anglophones et francophones sur place. Je les ai ainsi assistés durant la séance photo, en traduisant en français les consignes données en anglais par le photographe, mais également lors de deux interviews durant lesquelles j’ai pu tour à tour traduire en français les questions de la journaliste et traduire en anglais les réponses des deux modèles.

Les prestations complémentaires

Transcription en français

La seconde interview étant filmée, j’ai effectué par la suite une transcription fidèle des réponses en français du fameux Ken, à partir de deux enregistrements fournis au format .m4a (MPEG-4), avant de les traduire en anglais. Pesala m’a précisé clairement ce que je devais et ne devais pas transcrire, n’ayant par exemple pas besoin d’une transcription des questions qu’elle avait elle-même posées en anglais et que j’avais traduites en français.

Traduction français anglais

Pour traduire l’interview en anglais, une traduction très proche de l’original permettait de véhiculer non seulement le sens des propos du locuteur, mais également sa façon particulière de s’exprimer, avec la « touche française » qu’il revendiquait et ses tentatives de « franglais ». Ce parti-pris offrait à la journaliste une traduction précise des propos du locuteur qu’elle pouvait cependant reformuler pour les besoins de l’article ou de la vidéo.

Cette traduction en anglais a permis d’enrichir le texte de l’article en y intégrant des citations de Ken. Elle a également servi de base aux sous-titres anglais de la vidéo de l’interview en français, qui a été reprise dans la presse électronique. La journaliste aurait donc très bien pu me demander d’adopter un format de sous-titrage avec « découpage » du discours, respect d’un certain nombre de caractères par ligne et horodatage.

Les résultats : un succès international

La rencontre de Matt et Pesala avec les Barbie et Ken français a donné lieu à de nombreux articles dans la presse britannique, à commencer par le Daily Mail Online, mais également dans des magazines français comme Madame Figaro et Voici ainsi que dans la presse internationale (comme le Journal de Montréal). La vidéo de l’interview sur la chaîne YouTube de News Dog Media totalise plus de 200 000 vues tandis que l’article du Daily Mail Online compte près de 4000 partages sur les réseaux sociaux et plus de 750 commentaires.

La suite : médiation anglais français

Quelques mois plus tard, Pesala m’a demandé de l’assister dans l’organisation d’une nouvelle séance photo avec le même Ken et sa nouvelle Barbie dans une autre région française. Si elle pensait initialement avoir besoin de mes services d’interprète, mon rôle a rapidement pris une tournure différente : celui d’intermédiaire. Pendant plusieurs semaines, j’ai communiqué avec le Français par téléphone et SMS en fonction des demandes de l’Anglaise, à laquelle je rendais compte par e-mail. Une médiation qui pourrait bien donner lieu à une nouvelle séance photo.

Votre projet nécessitant une assistance bilingue

Si vous cherchez une personne capable de vous assister dans vos échanges oraux ou écrits, en personne ou à distance, en anglais comme en français, n’hésitez pas à me contacter par e-mail à l’adresse gwen@clavoline-traduction.fr ou par téléphone au 06 04 09 54 36.